A l'attention de...

 

Ce site s'adresse à toutes les équipes pédagogiques enseignant au collège qui s'intéressent à l'enseignement et à l'évaluation par connaissances et compétences.

Ce site vous propose une "photographie" de l'expérimentation que nous menons depuis deux années auprès de deux classes de 6ème dans un collège favorisé des Yvelines (collège Saint Simon, Jouars Pontchartrain). Ce détail importe dans la mesure où les parents, pour la plupart très investis dans la scolarité de leur enfant, sont porteurs d'une exigence forte vis-à-vis des résultats scolaires, notammment en terme de performance. L'idée d'une mise à l'arrière-plan de la note et d'un abandon des moyennes chiffrées relevait donc de la gageure a priori.

D'emblée, annonçons que notre expérimentation (accompagnée par la Mission d'Appui aux Expérimentations du rectorat de Versailles) n'a aucune valeur didactique. Les différents documents que vous y trouverez sont d'abord des outils en construction, évoluant sans cesse au rythme de nos réflexions ; ils illustrent nos interrogations, nos doutes, nos tâtonnements et même nos erreurs. Une chose est sûre cependant : ils témoignent du plaisir partagé à travailler ensemble, à chercher, à expérimenter, à évaluer nos pratiques d'enseignement. La douzaine d'enseignants impliqués dans le dispositif mettent à disposition ici, en toute modestie, le fruit de leur expérimentation. Vous y trouverez également des avis d'élèves, de parents, d'inspecteurs pédagogiques, de chefs d'établissement...

« Chemin-de-faire » ?

 

Chaque élève voyage à son rythme : certains élèves assimilent les connaissances rapidement, d'autres ont besoin de plus de temps et d'un chemin différent. "Louper" une évaluation sur le présent de l'indicatif au mois d'octobre ne doit pas impliquer que l'objectif est définitivement manqué pour l'élève. L'enseignant met donc en place des temps, des fréquences, où l'élève tente de "raccrocher le wagon." L'enseignement ne s'inscrit plus nécessairement dans un temps linéaire (c'est-à-dire sans arrêt ni retour) mais cyclique. Cela implique aussi de l'enseignant qu'il installe régulièrement la différenciation dans son enseignement.

Chaque élève ne porte pas les mêmes valises : certaines sont déjà bien pleines, d'autres à moitié seulement. Mais aucune n'est vide ! On s'appuie donc sur le bagage de l'élève au sortir du 1er degré pour construire la suite de son parcours. En croisant les exigences du programme  et du socle, l'enseignant cherche à définir précisément quelles activités, quelles stratégies il doit mettre en place pour s'assurer que le nécessaire aura bien sa place dans la "valise".

Chaque élève connaît son trajet : pas question de voyager "assis" à regarder défiler le paysage. L'élève doit être mis aussi souvent que possible en situation d'acteur de son parcours scolaire. On lui donne connaissance en amont des objectifs et des critères de réussite car sur la carte, il doit savoir où il en est et le chemin restant à faire. De même, on lui explique en quoi les connaissances abordées constituent des outils nécessaires pour réaliser, en fin de séquence, des tâches plus complexes (disciplinaires ou pluridisciplinaires).